Warning: include_once(/home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php): failed to open stream: Permission denied in /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php on line 306

Warning: include_once(): Failed opening '/home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php:/usr/local/php5/lib/pear') in /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php on line 306

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php:306) in /home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 62
March | 2010 | Ah non pas encore lui !

Non merci pour l’info

(publié dans l’Echo du Village n°282 – Jeudi 12 février 2004)

Le retour des pédos-nazis de l’Internet

Vendu par le club M6 au club Canal+, Emmanuel Chain joue désormais en première division en matière de poujadisme télévisuel. Dernier passement de jambe : un simili débat autour du dernier clip anti-occident d’Al Qaida. Théorie avancée : la nébuleuse terroriste recrute maintenant sur Internet, ANPE mondiale pour meurtriers en mal de main d’œuvre. En d’autres termes : du n’importe quoi d’un fort bon calibre.
Résumons rapidement l’émission, tout du moins le déroulement du débat. M. Chain avait sur son plateau un journaliste spécialiste du terrorisme (ça en faisait au moins un), un politologue du CNRS et, me semble-t-il, un troisième invité, cela sans compter la co-animatrice qui somnolait doucement en attendant le prochain sujet football. Point d’orgue de la kermesse : la diffusion d’un clip de rap anti-américain, anti-occident, pseudo propagande de recrutement pour Al Qaida ou tout autre groupuscule terroriste.
Moralité de l’histoire : le grand Internet mondial, c’est bien mignon, mais si c’est pour faire la promo de Ben Laden, ah ben non alors, j’ai bien fait de l’interdire à mon petit dernier.
Voyant cela, l’internaute un tant soit peu civilisé mû par un réflexe salvateur pense à changer de chaîne et se surprend à aller tirer la chasse. Une fois l’étron télévisuel passé, revenons un instant sur le propos du débat : Internet est un auxiliaire du terrorisme, aidant les plus dangereux des criminels à grossir leurs rangs. Voyons ce qui peut étayer une telle thèse.
Des faits ? Aucune preuve claire n’a été donnée dans le débat. Un tel clip touchera peut-être des jeunes, des terroristes potentiels, mais il était clair que ce petit montage musical n’allait pas faire basculer qui que ce soit du côté des meurtriers.
Un effet du clip ? Qui peut avoir peur d’un clip tourné on ne sait où par on ne sait qui avec un (mauvais) chanteur cagoulé qui nous explique qu’il va détruire l’Occident ? Si ce clip doit avoir un rôle, c’est bien de montrer qu’Al Qaida bouge encore, qu’ils ont des moyens et qu’ils savent se servir du Net. Ca on le savait déjà. Par contre, savoir qu’ils bougent encore, sans parler du Net, merci Emmanuel Chain d’avoir relayé la propagande.
Maintenant, voyons plus largement la place qui a été donnée à l’Internet. Pour cela, on pourra effectuer une comparaison avec la route et la circulation automobile.
Le grand public sait ce qu’est une voiture, il sait ce que sont les autoroutes et se représente bien ce qu’est un accident meurtrier par rapport à la totalité des trajets effectués sans encombres.
Pour l’Internet, c’est une autre histoire. Cela reste flou, bien compliqué et abscons. Il ne faut pas nier ce qu’Internet peut apporter aux groupuscules terroristes et autres déséquilibrés pédophiles. Toutefois, si l’on rapporte cette activité à la totalité de l’Internet, on se rend bien compte que tout cela n’est que parcellaire.

Pourquoi M. Chain n’a-t-il pas fait un sujet sur le rôle fondamental que joue l’Internet dans la reconstruction de l’Irak ? Durant la dictature de Saddam Hussein, de nombreux intellectuels durent fuir le pays. Aujourd’hui, c’est grâce à l’Internet que la communauté des “cerveaux” irakiens peut se reconstruire.
Pourquoi M. Chain n’a-t-il pas fait un sujet sur Victoire Ducrocq ? Une internaute de Dunkerque qui a publié les premiers temps de ses mémoire dans l’Echo du Village, partageant avec tous son enfance sous l’Occupation ? Pourquoi aucun sujet sur Victoire qui a pu trouver sur l’Internet des amis et du soutien pour l’aider dans sa lutte contre une longue maladie qui devait finalement l’emporter l’an dernier ?
Présenter un sujet dans lequel l’Internet est mis en scène comme l’a fait M. Chain relève d’un mauvais travail journalistique, d’une mauvaise hiérarchisation de l’information. L’Internet n’était pas replacé dans un contexte global. Or, présenter une information sous un angle volontairement réducteur, ne pas mettre en lumière tous les éléments ou en éluder certains pour rendre un fait plus attractif ou le faire plus important qu’il n’est, cela ressemble, à s’y méprendre, à de la propagande. Un peu comme un clip d’Al Qaida.

Moi, PeM, 27 ans, pirate (présumé)

(publié dans l’Echo du Village n°280 – Jeudi 29 janvier 2003)

J’aime à écouter quelques douces mélodies dans le cadre de mon travail. Cela détend mes nerfs parfois mis à mal par ce monde homérique qu’est celui de l’informatique. Jusqu’à présent, tout se passait bien. La musique et moi faisions bon ménage. Or, ne voici-t-il pas que voilà que l’Industrie Du Disque a décidé que j’étais malfaisant et qu’il fallait m’empêcher de nuire. J’ai pas apprécié.
Je venais d’offrir le dernier album de Roudoudou à ma moitié. Elle qui pourtant n’écoute que Dalida ou d’autres joyeusetés vintage découvrit alors avec délice les joies de la musique électronique. Du coup, je décidais de porter la bonne parole jusque dans mes bureaux en amenant Roudoudou sous mon bras pour que mes collègues puissent eux aussi dodeliner sur du dub léger. Je pris le CD sous ma coupe et hop, en route. Erreur. Lourde erreur. Ma chère et tendre ne voulait en rien être dépossédée de son bien. “Et si jamais je suis prise d’une folle envie de Roudoudou ? Hein ? Je vais me retrouver à convulser à même le sol dans l’infinie solitude de notre moquette verte” m’objecta-t-elle avec toute cette verve lyrique qui la caractérise. Ni une ni deux, je me dis, fol espoir, que je pouvais tout simplement importer le CD sur mon portable pour pouvoir l’écouter au bureau.

Copie privée mon amour

Fut un temps, l’utilisateur lambda pouvait jouir pleinement d’un bien dont il est le propriétaire. Je veux écouter mes CD dans ma voiture, je me fais une jolie compilation sur cassette et hop, en route. Aujourd’hui, à l’ére des KaZaa et autres réseaux de peer-to-peer bondés de vilains pirates bolchéviques, les choses ont bien changé. Quand j’ai inséré le CD dans mon portable, j’ai pu le lire, sans aucun souci. J’ai ensuite demandé, comme je le fais souvent, l’importation des pistes. Je peux ainsi me promener avec toute ma CéDéthèque sous le bras sans avoir 3 000 CD dans un sac. J’avoue aussi qu’entendre mon lecteur de CD faire “flof flof flof” a vite fait de me taper sur le système. Je préfère le doux frou-frou de mon disque-dur lors de la lecture d’un MP3. Or donc, Roudoudou n’a pas voulu s’importer. Bha oui. Roudoudou se protège contre les vilains pirates qui voudraient le diffuser partout sur les réseaux mondiaux de pédo-nazis (vous savez, l’Internet). Ah. Bon. J’insère le CD dans un ordinateur non portable pour voir ce qui se passe. Là, s’installe automatiquement un lecteur qui, lui, va me jouer tout Roudoudou sans problème. Par contre, quand je demande à voir les fichiers sur le CDRom, rien. Je remets le CD dans mon portable. Là, je vois tous les fichiers. Avouez qu’il y a de quoi rire. Quelle protection mes amis, aïe aïe aïe. Mon portable est un Mac. Je tente alors de copier directement les fichiers. Tous passent sauf la première piste qui refuse obstinement de quitter son douillet CD. J’essaie en ligne de commande, en zippant le contenu du CD, rien n’y fait, Roudoudou renâcle.

Tous pirates
/

Me voilà alors avec un CD que j’ai acheté que me donne furieusement l’impression de me prendre pour un petit con de pirate de 12 ans. J’ai, à mon domicile, une connexion internet en ADSL dégroupé. Autant dire qu’en bande-passante j’ai largement de quoi faire. Or, je ne pirate pas. Je me contente, ô exception, de me connecter pour lire mes mails, surfer, discuter avec mes camarades un peu partout dans le monde, etc. Et je ne pirate pas. Bha oui. Je pourrais avoir un KaZaa de compétition mais je ne le fais pas. Je ne l’ai jamais fait. Que ce soit pour de la musique, des films ou même des systèmes d’exploitation. Mon premier système d’exploitation fut un SuSE Linux acheté il y a 5 ans. Justement parce qu’il me semblait important de payer pour un logiciel. Depuis tous mes OS furent achetés jusqu’à mon Mac actuel, pour lequel j’ai acquis Mac OS X 10.3 en décembre. Idem, pour la musique, je paye. Je m’offre d’ailleurs le luxe de faire le chevalier blanc de la droiture en faisant la morale à tous mes petits camarades. Et voilà qu’aujourd’hui Roudoudou se comporte avec moi comme si j’étais un vulgare pirate de base.
N’importe quoi. J’ai acheté ce CD et j’ai la furieuse impression qu’il n’est pas à moi. Je peux l’écouter mais dans certaines conditions uniquement. Je ne suis pas libre d’en faire ce que je veux.
J’ai donc remis Roudoudou dans sa jolie boîte, boîte remise dans un tiroir dont elle ne sortira pas de si tôt. Et j’ai rippé Dalida.

(note du 19 mars 2010 : depuis Roudoudou s’est fendu d’un mail lors de la sortie de son dernier album pour me dire qu’il avait changé de maison de disque. Merci à lui pour le service client 😉

Pierre-Emmanuel Muller

Il est l'auteur de ce blog. Les propos publiés ici n'engagent que lui et son sens de l'humour à géométrie variable. Ils n'engagent en rien celles et ceux qui sont obligés de partager leurs heures de bureau avec lui. Vous pouvez trouver ici un CV, la liste de mes bouquins ou bien encore quelques écrits de jeunesse.