Warning: include_once(/home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php): failed to open stream: Permission denied in /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php on line 307

Warning: include_once(): Failed opening '/home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wordpress-support/wordpress-support.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/lib/php:/usr/local/php5/lib/pear') in /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php on line 307

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/pem/ndlr.net/wp-settings.php:307) in /home/pem/ndlr.net/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 62
Vivement le progrès |

Vivement le progrès

(publié dans l’Echo du Village n°150 – 19 jullet 2001)

A force de vivre dans la technologie jusqu’aux oreilles, le surfeur invétéré finit par oublier que certains pans entiers du monde restent désespérément passéistes. Quelques irréductibles bastions analogiques résistent au progrès. Là, l’approximatif et le pifomètre règnent sans partage. Parfois, c’est cruellement que l’aficionados de la technologie est rappelé à l’ordre. Prenons l’exemple authentique de ce gentil technophile, qui, par un soir d’été, savoure une fin de soirée tranquillement vautré dans un confortable sofa. Il ne sait pas encore que l’archaïsme s’apprête à lui faire un croc-en-jambe rigolard. Sans même attendre la coupure pub, le téléphone sonne. L’homo-sofa qui n’a pas tout oublié de son enfance se souvient encore comment décrocher et porte donc l’antique combiné à son oreille. S’en suit alors une discussion édifiante dont voici quelques morceaux choisis :

-Allo ?
-Oui ?
-… (silence à peine couvert par le passage d’une Kawazaki 500 cc dans la rue)
-A qui ai-je l’honneur ? demandait le technophile intrigué.
-Bin, c’est moi ! répondit la voix de jeune fille.
-Désolé, le combiné est un peu vieux, il y a du bruit dans la rue, j’ai peur de ne pas vous reconnaître. A moins que ce ne soit un mauvais numéro…
-Non non, c’est bien toi que j’appelle, précisait la damoiselle, le timbre de la voix brûlant de la flamme de l’irritation. Si tu ne me reconnais pas, c’est pas la peine.
-Clic, dit l’écouteur.

Jetons un voile pudique sur cette scène et ces dialogues qui ne sont pas sans rappeler les plus glissants des soaps.

Que fait alors notre jeune homme une fois la discussion terminée ? Il reste coi, sous le choc. Ce n’est pas tous les jours qu’il reçoit des coups de fil d’une demoiselle. Encore plus rares sont les communications à se dérouler de la sorte et à se conclure ainsi. La situation a quelque chose d’intolérable. Tout lui échappe. Lui, qui, grâce à la technologie règle tout sur du papier à musique à la virgule près, là, il perd la main. Il ne compte pas se laisser faire. Il finira bien par savoir qui a téléphoné et qui s’est joué de lui de la sorte. C’est là qu’on voit à quel point la technique est pernicieuse : il passe en revue des moyens simples et rapides de régler le problème. CTRL + Z, comme sous Word, pour annuler la dernière action et revenir juste avant qu’elle ne raccroche ? Impossible, il ne trouve pas la touche CTRL sur son cadran téléphonique. Restaurer la dernière partie sauvegardée, comme dans Quake, pour se replonger dans le dialogue, juste avant qu’il ne faute ? Manque de bol, la touche F2 manque à l’appel, elle aussi. Décidément, s’il présente des avantages évidents, comme les fleurs, les papillons et les vacances à Palavas-les-Flots, le monde analogique, c’est pas tous les jours dimanche.

Pas démonté pour si peu, notre homme du XXIème siècle continue sa recherche avec les moyens, dits, du bord. Tout de même, aujourd’hui, il n’est rien que la technologie ait fait qu’elle ne puisse défaire. Le 3131 ? Pas la peine, ce service ne fonctionne que si la communication n’a pas eu lieu. L’affichage du numéro appelant ? Guère utile une fois que le combiné est reposé… Il ne reste donc plus qu’une seule solution : France Telecom. Le technicien des renseignements ne fut guère utile dans cette quête de la douce inconnue. Malgré les suppliques du jeune homme, qui alla même jusqu’à se faire passer pour un commissaire de la DST en pleine mission secrète, l’homme au bout du fil ne voulut rien entendre. Alors que le moindre serveur web peut garder en mémoire durant des mois la trace du surf de milliers d’internautes, un terminal de France Telecom, lui, fait de l’amnésie pour un numéro à dix chiffres.

Alors il est là, face à son téléphone. Transi par un sentiment d’impuissance qu’il pensait avoir oublié, le jeune homme peste et crache contre ce monde impuissant, désespérément aléatoire. Et puis la colère finit par passer. Au fond, la situation revêt quelque charme. La belle inconnue gagne à rester dans l’ombre. Cet épisode serait même un peu romantique, mignon. Un coup de fil mystérieux, une admiratrice anonyme. Tout cela titille délicieusement. Oui, c’est décidé, demain, il mettra un vase avec des fleurs sur son ordinateur.


Fatal error: Call to undefined function pinktouch_post_data() in /home/pem/ndlr.net/wp-content/themes/pink-touch-2/content.php on line 38